Se laisser jardiner par les abeilles

> Le jardin Bleu prend au sérieux l’exigence des abeilles : avoir, dans son aire de butinage, une floraison quasi permanente de mars à novembre. Elles ont un aliment principal, le miel, qu’elles sont seules à pouvoir élaborer et stocker. Le miel est une transformation dans leur jabot à partir du nectar : tous autres aliments qui leur sont donné (sirops, candis) sont des aliments de substitutions qui viennent suppléer au manque de nectar dans leur aire de butinage. Ce manque de nectar vient d’une biodiversité en baisse.
> En se laissant jardiner par les abeilles, il est planté au Jardin Bleu, uniquement des plantes mellifères. Il y est donc présent une grande biodiversité assurant une floraison permanente entrainant une grande présence d’insectes pollinisateurs (abeilles, papillons, syrphes, bourdons, frelons, …).
> Il s’en déduit un paysage avec une esthétique différente dont le design est élaboré selon une ergonomie abeille. Ce design est le fruit d’une co-habitation, d’une imprégnation avec les abeilles que seul le temps long et l’exploration permet d’affiner.
> Le Jardin Bleu est un lieu d’exploration artistique avec le vivant. Il accueille des artistes, scientifiques, chercheurs, passionnés. Il expose, montre, donne en spectacle le fruit des ces rencontres, résidences.

Origan en fleur tout l’été. Août 2021.
Photographie : Olivier de Sépibus © 2021